LambdaLambdaLambda

  • Gallery Focus : LambdaLambdaLambda




  • Quelques questions à Isabella Ritter et Katharina Schendl


    Quelle est la partie la plus difficile de la gestion d'une galerie ?
    Survivre. C'est une industrie très complexe. Comme il y a tant d'irrégularités, on ne peut pas s'appuyer sur des structures que l'on tient pour acquises dans une activité "normale". Un grand défi est que la plupart des gens qui achètent de l'art le considèrent comme leur loisir et ne sont donc pas conscients que pour la galerie et l'artiste, c'est en fait un commerce qui leur permet de vivre.

    Comment décririez-vous la relation entre votre galerie et les artistes que vous représentez ?
    Nous dirions que notre relation va bien au-delà de la vente des œuvres des artistes. Les artistes et la galerie et les artistes entre eux grandissent ensemble, c'est pourquoi nous avons les mêmes défis à relever pour établir les positions des artistes mais aussi celle de la galerie.

    Pourquoi avez-vous décidé d'ouvrir une galerie à Priština ?
    Nous sommes tombées amoureuses de la jeunesse et du dynamisme de la ville. Tout est différent, ce qui donne un terrain prospère pour développer quelque chose d'intéressant. Nous avons aussi remarqué qu'il y avait des artistes très intéressant.e.s à Priština qui n'étaient pas présent.e.s dans le paysage artistique international. Nous voulions changer cela.

    Quel est votre meilleur souvenir de la FIAC ?
    La première année, nous avons fait l'objet d'un article du NY Times qui a même fait venir l'ambassadeur du Kosovo en France dans notre stand pour célébrer avec une bouteille de champagne.

    Comment était votre première FIAC ?
    C'était très excitant puisque c'était la première grande foire d'art reconnue à laquelle on a participé. C'était génial d'être sous le même toit avec toutes ces galeries que nous admirons.

    Quelle est la chose la plus drôle qui vous est arrivée à une foire d'art/dans votre galerie ?
    Un divertissement constant est quand les gens viennent à notre stand dans diverses foires d'art et répètent Lambada (au lieu de Lambda) trois fois.

    Pouvez-vous nous recommander des endroits cool et cachés à Priština ?
    Il y a de nombreuses découvertes à faire à Priština. Nous recommandons le Restaurant Renaissance (un vrai bijou - il est géré par deux frères qui s'approvisionnent en produits locaux et biologiques), notre amie Venera Mustafa qui est une brillante créatrice de mode et Kino Armata (ils organisent toutes sortes d'événements culturels différents).

    Quel est votre endroit préféré pour déjeuner près de la galerie ?
    Sans aucun doute Babaganoush qui est dirigé par un couple d'artistes, Nukibana Nanuki et Vigan Nimani. Il s'agit littéralement d'une extension de l'espace de notre galerie puisque nous sommes des voisins de palier. Chut, un secret: ils ont une clé supplémentaire de notre galerie si quelqu'un.e veut nous rendre visite en dehors des horaires d'ouverture.

Nous utilisons des cookies pour faire fonctionner ce site Internet, améliorer son utilisation et vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Veuillez noter qu'en utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Pour toute information sur les cookies notamment comment les gérer, cliquer ici