Gianni Manhattan

  • Gallery Focus : Gianni Manhattan




  • Quelques questions à Laura Windhager


    Présentez-vous
    Je m’appelle Laura Windhager. Je suis la directrice et fondatrice de GIANNI MANHATTAN, une galerie d’art contemporain et une maison d’édition pour les écrits d’artistes, située dans le 3ème arrondissement de Vienne en Autriche.

    Pourquoi avez-vous décidé d'ouvrir une galerie à Vienne ?
    Vienne est une ville grande et intéressante avec un potentiel énorme, mais quand je suis rentrée à Vienne après avoir étudié à Londres, le dynamisme d'une scène artistique qui apprécie l'échange et le discours me manquait beaucoup. Il y avait déjà de belles initiatives à but non lucratif en place, mais je sentais que la ville avait désespérément besoin d’une galerie émergente qui sortait de la scène locale.

    Comment décririez-vous la relation entre votre galerie et les artistes que vous représentez ?
    Je veux que la galerie soit un espace coopératif, durable, éducatif et communicatif qui offre également une stabilité économique à mes artistes. Je ne représente actuellement que sept artistes, donc une relation très intime est importante pour moi.

    Qu'est-ce qui vous inspire dans l'art contemporain ?
    Les œuvres et les pratiques qui m'intéressent ont toutes une sensibilité commune pour le monde dans lequel nous vivons : elles posent des questions sur l'environnement, la sexualité et le genre, la langue et la marginalisation, la non linéarité de l'histoire. J'aime les œuvres qui vont au-delà du glamour de l'esthétique, qui remettent en question et modifient notre façon de voir le monde et d'articuler les questions.

    Continuez la phrase “La FIAC est…”
    une concentration d'imagination qui met en valeur les meilleures et les plus audacieuses œuvres d'art contemporain.

    Quel est votre endroit préféré pour le déjeuner près de votre galerie ?
    Pendant l'installation, j'emmène toujours mes artistes à Pappa e Ciccia, un petit restaurant italien sur Rochusmarkt, à 5 minutes de la galerie. C'est une overdose sensorielle absolue avec la décoration la plus kitsch qu'on peut imaginer. Mais les propriétaires sont incroyablement gentils, ils recommandent toujours un plat de pâtes du jour et servent une cuisine impeccable du sud de l'Italie.

    Pouvez-vous nous recommander des endroits cool et cachés à Vienne?
    Pour une visite de musée atypique, je recommande le Josephinum, le musée Médico-Anatomique de Vienne. Il a été fondé en 1785 par l'empereur Joseph II en tant qu'académie militaire médico-chirurgicale pour former les futurs médecins et sages-femmes pour le service civil et militaire. Le Josephinum conserve près de 1200 modèles anatomiques en cire commandés par Joseph II de Florence pour la nouvelle académie de médecine, ainsi que la bibliothèque historique avec des textes et des volumes du XVe au XVIIIe siècle. Deuxièmement, près de chez moi se trouve le parc Setagaya, un jardin botanique japonais à Vienne. J'y vais depuis que je suis enfant et c'est une oasis de calme inattendue dans la ville.

    Quels sont vos endroits préférés à Paris ?
    A chaque fois que je suis à Paris, j'essaie de visiter DOC!, un ensemble d'ateliers d'artistes dans une ancienne école où un des artistes que je représente, Matthieu Haberard, a son atelier. Le complexe est géré par des artistes, et iels organisent toujours des expositions et des événements intéressants. J'essaie aussi de m'arrêter au Musée des Arts de Métiers, l'une des attractions les plus calmes de Paris, mais je trouve la collection vraiment inspirante. Pour la nourriture, j'ai l'habitude de dîner à la Place Saint-Marthe ou d'aller manger un petit bout sur la rue Ménilmontant.

Nous utilisons des cookies pour faire fonctionner ce site Internet, améliorer son utilisation et vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Veuillez noter qu'en utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Pour toute information sur les cookies notamment comment les gérer, cliquer ici